AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

>> There is a monster in my bedroom -isaac-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
avatar
Everleigh A. Stimson


Messages : 21
Date d'inscription : 28/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Sam 28 Nov - 14:38

    Il fait nuit. Oh, comme tous les soirs d'ailleurs, viens le moment au la ville se laisse envelopper par se masque noir parsemé d'étoiles. C'est jolie pas vrai ? Pourtant ce soir là, dans le ciel, il n'y a pas d'étoiles, et au milieux de ce décor, Everleigh. Cet endroit, elle ne le connait que trop bien. Ce pont, cette rivière, tout ça, elle l'a déjà vu tant de fois. Elle a quitté l'appartement sans faire de bruit. Dans son lit, un homme qu'elle ne connait finalement pas. Il y a quelques jours, il lui a sortit le plus beau de discours. Une bague au creux de la main, il lui a demandé de devenir sienne, de lui appartenir, jusqu'à ce que la mort les séparent comme on dit, pas vrai ? La bague, elle l'a là, entre ses doigts. Immobile sur le pont, Eve' ne semble pas lui porter le moindre regard. A quoi bon. Elle le sait, elle ne veut pas. Elle n'en veut pas de la vie qu'il lui propose. Elle n'en veut pas de la vie formaté qu'on lui expose. Aux yeux de tous, elle doit devenir une femme digne de son nom. Après tout, son père fait partie des grands, alors la logique, elle voudrait surement qu'elle devienne comme lui. La logique, vous la suivez vous des fois ?

    Se hissant sur le rebord du pont, la jeune femme laissa échapper un soupir. Le temps était passé depuis la dernière fois qu'elle était venue ici, a cet endroit. Un peu moins de six ans. « Il ne reviendra pas »... Elle avait prit toutes les lettres qu'il avait pu lui envoyer depuis son départ, et elle leurs avait offert la vie dont elle rêve. Une multitude de lettre sur papier blancs qui virevolte au dessus de l'eau avant de venir s'y noyer. Jolie liberté, de quoi l'oublier. Elle n'y était pas revenu depuis, car on a beau dire, un souvenir reste un souvenir.

    Les pupilles bleus de la jeune fille vinrent alors se poser sur l'anneau doré entre ses doigts. Faut dire qu'elle était jolie. Mais trop jolie pour être portée par son doigts. Alors comme les lettres quelques années au par avant, Everleigh laissa tomber la bague au dessus du vide. Un léger bruit vint briser le silence. Peut être était ce sa façon a elle de lui dire non, ou bien de refuser la vie qu'elle avait. A vrai dire, elle n'en savait rien. C'était juste contre tout ce qu'elle avait put dire ou croire au par avant. Des grands espaces, pas de limites ? Il y a des choses plus difficiles que d'autres a obtenir... Un léger sourire vint pourtant se dessiner sur les lèvres de la jolie brune. Étrangement, a ce même moment, elle se sentait étonnement libre. Oui, plus rien ne la retenait. Alors délicatement, elle se mit debout sur le rebord du petit pont de pierres. Ses bras comme gouvernail, laissant le vent s'engouffrer dans sa crinière sauvage.

    Entre ses lèvres, le fredonnement maladroit d'une vieille chanson. Du piano, juste de piano. Vous la connaissez cette chanson. Cette lettre d'amour mise en musique. Les bras a la perpendiculaire de son corps, un sourire dessiné sur ses lèvres fines, la jeune fille tournait. Sa voix pour brouiller le silence, ses pas maladroit pour troubler le dessin d'une nuit sans étoile. Qu'il est bon de se sentir libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isaac J. Drews
Admin

Messages : 88
Date d'inscription : 25/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Sam 28 Nov - 16:15

Quatrième jour, cela faisait le quatrième jour Qu'Isaac était revenu sur les terres des Etats-Unis. Pourtant il ne se sentait pas pourtant à l'aise, les yeux rivés vers le plafond dans l'obscurité de la chambre, il jeta un coup d'œil à sa fiancée qui était entrain de dormir paisiblement. Cela faisait quelques jours qu'il n'arrivait pas à dormir, comme si tout ses souvenirs ici le hantait, il croyait qu'il n'arriverait pas à faire face à son passé. Évidemment, il n'avait pas revu ses parents, il n'allait quand même pas frapper à leurs portes, alors qu'il devait être six pieds sous terre depuis presque six années. A chaque fois qu'il sortait de l'appartement, il savait pertinemment qu'il prenait un risque qu'on le reconnaît dans cette ville, elle était petite et pratiquement tout le monde connaissait tout le monde. Il ne pouvait s'empêcher de contempler la personne qui était à ses côtés, il avait un sourire aux lèvres, oui, il l'aimait, plus que tout au monde. C'était elle qui avait réussi à lui faire effacer presque toutes les images de la guerre de sa tête, c'était avec elle qu'il avait commencé une nouvelle vie sur le territoire français, et c'était elle qui lui avait déclaré qu'elle viendrait avec lui quand on lui avait dit qu'il n'avait pas les papiers pour rester en France. C'était elle, la femme de sa vie. Mais quand il déclara ces paroles il ne pouvait pas s'empêcher de revenir six ans en arrière quand il avait briser le cœur de sa petite amie quand il avait déclara qu'il partait à la guerre. Il se rappelait toujours le soir au restaurant où il avait dit qu'il partait cinq jours après en Irak et où il avait vu le visage d'Everleigh se décomposer. Quand il repensait à tout ça, son cœur se serrait. C'est ainsi qu'il décida d'aller prendre l'air pour arrêter de penser à ses souvenirs.

Sans s'en rendre compte il prit la direction du petit pont. C'était un endroit assez connu dans la petite ville de Madison, déjà par son ancienneté mais aussi par le fait que c'était le rendez-vous souvent de tout les amoureux. Il était près de deux heures du matin, cela m'étonnerait que quelqu'un se rende ici. Il pourrait alors s'asseoir au bord de la rivière et penser à tout et n'importe quoi, enfin surtout, penser à tout ses souvenirs qui le tracassait. Il n'avait jamais parlé d'Everleigh à Cloé, tout simplement car il n'en voyait pas l'intérêt... C'était du passé. Enfin, oui et non, il était revenu et si cela se trouve elle était toujours dans cette ville. Sa gorge se noua alors, et s'ils se revoyaient, qu'est ce qui se produisait? Rien! Ce mot résonna dans l'esprit d'Isaac, il voulait vraiment se dire qu'il ne se passerait rien, il allait se marier à celle qui avait transformé sa vie alors hors de question de retourner en arrière et de retrouver le passé. Comme on dit, le passé est le passé, concentrons nous à présent sur l'avenir. Ses pieds frottèrent contre le sol, il avait toujours eu cette mauvaise habitude de trainer les pieds, se croyant seul, il s'arrêta d'un coup quand il entendit un léger ''ploc'' retentirent dans le lieu paisible. Qui pouvait être là à une heure pareil? Tandis qu'il marchait au loin il vit une silhouette.

Cette silhouette, le jeune homme aurait pu la reconnaître parmi tant d'autres. Il resta dans le pénombre à l'observer de loin, elle n'avait pas changé, ses cheveux un peu plus long qu'il y a six ans. Elle avait l'air heureuse, à être sur le rebord du petit pont, pourtant c'était bien dangereux, un petit coup de maladresse et voilà dans l'eau. Il sorti légèrement du pénombre, le clair de lune reflétant sur son visage d'ange. Emmitouflé dans sa veste à cause du froid il déclara quelques mots simplement.

« Tu vas tomber. »

Un long silence vint se glisser entre les deux jeunes gens, leurs regards se croisèrent mais pas un mot ne siffla entre les lèvres des deux personnes. Il mit ses mains dans ses poches, avant de se retourner pour aller un peu plus loin, et voilà... Une personne à qui affronter dès son retour, et ce n'était pas la mieux, non, déjà elle lui en avait voulu de partir mais en plus tout le monde le croyait mort alors sans doute elle l'insulterait, voir le frappait... Mais bon, il le méritait un peu quand même. De toute façon entre eux c'était du passé... Juste du passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternallove.forumactif.com
avatar
Everleigh A. Stimson


Messages : 21
Date d'inscription : 28/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Dim 29 Nov - 11:49

L'homme qui partageait a présent sa vie, elle l'avait rencontré un jour, ou plutôt un soir, dans une soirée mondaine a laquelle son père l'avait convié. Il voulait qu'elle sorte, qu'elle se change les idées, qu'après toutes ces années, elle oublie Isaac. Alors Everleigh était venue. Everleigh s'était laissé trainer. Là bas, on lui avait présenté un collègue de son père, et avec lui, son fils. Un jeune homme charmant, plein de manières. Elle avait passé la soirée en sa compagnie, et pour la première fois depuis longtemps, elle n'avait pas pensé a l'autre. Oui, parler avec quelqu'un qui parle bien, ça vous fait oublier beaucoup. Il parlait de sujets divers et variés avec une facilité presque déconcertante. Il savait tout, parlait bien, excellait dans l'art de l'argumentation. Dans la semaine qui suivit, elle le revit plusieurs fois, autour d'un café, la jeune fille le laissant la dévorer du regard. Égoïsme peut être, il lui faisait oublier Isaac, alors même si elle savait qu'elle ne lui offrirait jamais ce qu'il voulait, elle restait avec lui, jusqu'à accepter de devenir sa petite amie. Non, elle ne pourrait jamais lui offrir ce qu'il désirait. Pas de mariages, pas de belle maison, pas d'enfants bien coiffés. Non, pas de gentille femme, elle ne pourrait pas devenir comme ça. Mais elle l'aimait bien. Oui, elle l'aimait bien. Pourtant ce soir là, elle était partie. Elle l'avait laissé dormir seul. Oh, elle le savait, il avait surement remarqué son absence, mais comme souvent, il n'en disait rien. Il savait que dans la tête de la demoiselle se bousculait une multitude de questions et un passé tumultueux. Elle ne lui en avait rien dit, il ne réclamait rien.

Debout sur son pont, Eve' continuait de tourner sur elle même en murmurant. Elle tournait, comme une enfant. Comme l'enfant qu'elle était avant, insouciante, presque naïve. Oui, enfant, la vie était beaucoup plus simple. Des amoureux, elle en avait, pleins même, mais elle les aimait en secret, c'était mieux. Oui, elle les aimait par des regards et quelques sourires maladroits. Elle mettait des jolies robes, et s'amusait a sortir sous la pluie, courir, tourner sur elle même jusqu'à ce qu'on vienne la chercher. La petite fille aux yeux bleus, trop sauvage pour être capturée. A l'époque, elle s'imaginait devenir une sorte de super héro, a la limite en Indiana Jones et Cendrillon. Une princesse qui aurait fait le tour du monde, vécu les plus belles aventures. Oui, une vie qui palpite. Une vie qui bouge. Une vie où il aurait été impossible de deviner un lendemain. Pourtant a l'heure qu'il était, autour de deux heures du matin, elle pouvait tout a fait prévoir son lendemain.

« Tu vas tomber. »

La jeune fille se figea. Cette voix, elle la connaissait. Cette voix, celle d'un mort, oh que oui, elle l'avait trop bien connue. Se retournant, le regard d'Everleigh chercha la silhouette du fantôme. De son fantôme a lui. « Il ne reviendra pas... » Ses pupilles bleus croisèrent les siennes. Jamais le silence ne lui sembla aussi pesant. Elle aurait voulu parler, lui crier combien a ce moment présent, elle haïssait sa personne. Elle aurait voulu sauter dans ses bras, juste pour s'assurer qu'il était bien là, et qu'elle ne l'imaginait pas. Tant de choses... Cela dura quelques secondes avant qu'il ne se retourne pour disparaître dans la pénombre. « Il ne reviendra pas... » Mais merde, qu'est ce qu'il foutait là alors ?! Everleigh sauta du pont, marchant vers lui pour agripper sa manche. Elle aurait voulut qu'a ce moment présent il s'évapore ou disparaisse. Mais ses doigts vinrent bien au contact du tissu. Il était réel, et la jeune fille se figea. Il était mort, on le lui avait trop souvent dit.

« Explique moi ! »

Mais qu'est ce qu'il y avait a expliquer ? Il était partit, l'avait laissé seule. Peut être c'était il lassé d'elle, peut être la guerre n'avait elle été qu'une excuse pour partir loin d'elle. Pourtant, quelque chose clochait. Il aurait put partir pour l'éviter, certes. Il aurait put partir parce qu'il en aimait une autre. Mais alors pourquoi se faire passer pour mort aux yeux de tous ? Immobile dans la pénombre, le regard de la jeune fille restait posé sur cette silhouette noir. C'était le même que celui qui l'avait quitté, en plus adulte dirons nous.

« Isaac Jonathan Drews ! Arrête toi et explique moi !! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isaac J. Drews
Admin

Messages : 88
Date d'inscription : 25/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Dim 29 Nov - 20:27

Le passé. Pourquoi est-ce que l'on se focalisait sur le passé? Certes, il était toujours présent dans notre petite personne même si on voulait le fuir. Il restait accroché à nos pieds alors qu'on voulait courir et ne jamais plus le revoir. Isaac haïssait et en même temps aimait son passé. Il l'aimait pour tout les bons moments qu'il avait eu, comme avec sa cousine ou encore son ex-petite amie, Everleigh, mais le détestait pour avoir encore en tête les images des soldats tombant sur le sol poussiéreux d'Irak, mort. Combien en avait-il vu? Un nombre indéfini, et souvent il voyait des amis à lui, se prendre une balle et s'effondrer rendant leur dernier souffle en respirant une dernière fois cette poussière jaunâtre du sol. S'il avait fait une mutilation volontaire il ne serait jamais rentrer chez lui, on l'aurait sans doute envoyer au bagne comme punition. En gros, il n'avait aucune manière de s'en sortir, c'était ainsi qu'il se rappelait qu'il existait bien une solution, sans doute la pire au monde pour ses proches, mais la seule et unique chance de s'en sortir. Il ne voulait pas finir trouer de balles, se vidant de son sang en regardant le regard triomphant de l'ennemi. Ainsi, en plein combat, il avait réussi à enlever sa chaine, et à le mettre au cou d'un soldat décédé qui n'en avait plus, et était parti. Il avait erré plusieurs jours dans le pays avant de trouver un peu d'argent en vendant quelques unes de ses affaires et de se payer un billet d'avion. Retourner aux Etats-Unis était trop risquer, ainsi il avait commencé une vie en Europe.

Quand il marchait présentement près du petit pont, il respirait l'air glaciale qui entrait dans ses poumons. Il n'avait plus cette habitude de cet air frais, et petit à petit son corps s'y rhabituait comme si on ne pouvait pas fuir le passé. Isaac se rappelait que quand il était petit, en famille il venait dans cet endroit en hiver, et qu'avec sa cousine de six ans sa cadette, il faisait des batailles de boule de neiges, ou encore un bonhomme avec la texture poudreuse. Étonnement la neige n'avait pas encore commencé à tomber, le sol était juste gelé. Il avait ressenti une présence en l'espace de quelques minutes, cette présence familière, une jeune femme qu'il avait côtoie pendant plusieurs années, cette même femme a qui, il avait dit qu'il quittait les Etats-Unis pour la guerre. En croisant son regard, le long silence qui s'installait ne prévoyait pas de bonnes choses... Bien au contraire, c'était ainsi qu'il préférait marcher un peu plus loin dans une direction tout opposé. Il n'aurait jamais du venir ici, il aurait du essayer de s'endormir tout près de sa fiancée, ainsi il n'aurait jamais croisé se regard azur qu'il connaissait tant. Il s'avança d'un pas assez rapide, mais pas assez fallait croire, il sentit les doigts de la jeune fille se planter dans son bras. Il ne répondit même pas, espérant qu'elle le lâcherait, mais il ne fallait pas espérer.

Qu'est ce qu'il pouvait lui dire? S'il racontait vraiment son histoire elle lui rirait sans doute au nez... Et oui, car il passerait alors pour un véritable froussard alors qu'il était parti de chez lui sûr de lui. Isaac ne répondait pas, peut-être que quand elle remarquerait qu'il ne lui répondait pas sans doute croira-t-elle qu'elle rêverait. Mais le fait qu'elle l'appelait pas ses deux prénoms en plus de son nom de famille lui fit comprendre que non, elle avait bien compris qu'il avait menti, menti à tout le monde. Quand elle l'appelait ainsi c'était parce qu'elle était énervée, ou qu'elle lui en voulait. Quoi qu'elle avait bien raison de lui en vouloir à ce cher jeune homme.

« Quoi? »

Il s'arrêta un instant avant de se retourner vers elle, toujours mains dans les poches, ancrant son regard dans celui de la jeune fille. Il c'était toujours déstabilisé en la regardant au plus profond de ses yeux. Le jeune homme soupira lentement avant de regarder le ciel quelques temps. Comment lui dire? Certes ce n'était pas pour la quitter qu'il avait fait tout ça, mais il ne pouvait certainement pas lui dire la pure vérité.

« J'ai fait ça parce que... » Il commença sa phrase, malgré qu'il n'arrivait pas à sortir un bon mensonge, puis, il n'avait jamais su mentir... Il la regarda de nouveau en arquant un sourcil. « Parce que je ne t'aimais plus et que tu me cassais les pieds. » Ouf. Ça allait faire mal, le pire était qu'il se mentait à lui même, mais bon c'était un bon mensonge c'était logique. « Si j'étais revenu, tu m'aurais posé tout un tas de questions, et tu m'aurais coller au baskets et moi je déteste ça. »

A cet instant précis il s'attendait à la pire dispute de sa vie, ou encore mieux, à la pire gifle qu'il obtiendrait. Il ressentait en même temps la souffrance qui se faisait à lui-même, et à cet instant il se demandait franchement si elle le croirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternallove.forumactif.com
avatar
Everleigh A. Stimson


Messages : 21
Date d'inscription : 28/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Dim 29 Nov - 21:45

Une minutes, il avait fallut une toute petite minute pour qu'il gâche sa soirée, tout comme il lui avait fallut une minute quelques années au par avant pour la laisser tomber. Lui en vouloir ?! Bien sûre qu'elle lui en voulait, énormément même, et il semblerait que la jolie brune ne soit pas au bout de ses peines pour ce soir. Imagine toi. C'était il y a plus de six ans, a la fin de l'année, et au lycée, la plus somptueuse des soirées avait été organisée. Tout le monde y avait été convié, là bas, chez l'homme le plus convoité de l'école. Riche et beau, autre chose pour vous satisfaire ? Ce soir là, elle avait aidé ses belles sœurs a se préparer, a enfiler leurs plus belle robes, a ce maquiller de la plus belle façon qu'il soit. Mais pas pour elle... Non, Everleigh, sa vie n'avait rien d'un jolie conte de fées. Une belle mère hautaine et prétentieuse, deux belles sœurs bornés sur elles même. Cendrillon ? Oui, c'est un peu ça, alors forcément, a son histoire, il avait fallut le beau prince. Un prince de ceux qui organisent les fêtes les plus belles, qui réunissent le plus beau monde. Regarde toi prince charmant, après toute ses années, tu n'a pas vraiment changé.

Les doigts de la jeune fille lâchèrent la veste d'Isaac. Elle aurait voulut qu'il disparaisse. Qu'a son contact, il disparaisse comme un nuage de fumée. Mais il n'en fit rien. Il restait là, bien réel, et toujours aussi silencieux. Silencieux. Le silence, c'est parfois pire que les mots. Et les fantômes silencieux, croyez moi ou pas, ça fait bien plus de mal que n'importe quel silence. Et dire qu'elle l'avait cru. Qu'elle avait cru a son excuse de la guerre. Qu'elle avait cru aux mots qu'il lui écrivait. Qu'elle avait cru a sa mort... Alors ce soir là, dans la pénombre, elle cherchait son regard. Elle cherchait ce regard qu'elle pensait ne plus jamais voir.

« J'ai fait ça parce que... Parce que je ne t'aimais plus et que tu me cassais les pieds. Si j'étais revenu, tu m'aurais posé tout un tas de questions, et tu m'aurais coller au baskets et moi je déteste ça. »

Êtes vous déjà tombé ? De très haut j'entends. Un peu comme d'une falaise, d'un pont, une chute dans un précipice. Vous voyez ? Elle aurait surement du crier, provoquer la pire crise a laquelle il ne lui aurait été donné d'assister. Ou bien aurait elle peut être du abattre la paume de sa main contre sa joue. Oui, peut être... Pourtant, Everleigh resta silencieuse. Elle l'observait. Son corps tremblait. Elle avait froid, mais pas seulement ça. Qu'est ce qu'elle aurait pu lui dire ? Qu'elle le détestait, qu'il n'était qu'un con, un mec pourri et lâche ? A quoi bon ?

« Je dois y aller... »

La jeune fille ferma délicatement les yeux avant de laisser échapper un soupir a peine audible. Alors elle fit demi tours, et comme elle l'avait fait lors de leur première rencontre, elle s'écarta de lui. « Attends » Non Isaac ! Non je n'attendrais pas cette fois ! Tu n'aurais pas du revenir ici, du n'aurais jamais du reprendre le chemin de Madison ! Pourtant, la fuite d'Everleigh ne s'arrêta pas bien loin. Au niveau du pont, elle se hissa de nouveau sur le rebord du petit pont, s'asseyant les pieds dans le vide, observant le cour du petit ruisseau. C'était jolie. Simple mais jolie. Une eau clair dont le doux murmure venait bercer le silence. Les pupilles bleus azur de la jeune fille se fermèrent. Elle lui cassais les pieds... Peut être n'aurait elle jamais du revenir ici. Le pont, les lettres. On parle de portent bonheur mais pourquoi pas de porte malheur hein ? Peut être n'aurait elle jamais du jeter cette bague. Peut être que finalement, tous les rêves qu'elle avait pu avoir au par avant étaient résolus. Liberté, grands espaces, amour. Des conneries qu'on raconte dans les livres pour enfants. Regarder le, le prince charmant. Lâche au point de simuler son départ a la guerre et sa mort. Cruel au point de revenir a l'endroit où il l'avait quitté. Le vent c'était levé. Froid et sauvage, se glissant délicatement parmi la crinière brune d'Evy'. Vas y vent, vas y danse, va y, tourne et virevolte. La vie est belle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isaac J. Drews
Admin

Messages : 88
Date d'inscription : 25/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Dim 29 Nov - 22:49

Le silence, le silence c'était encore pire que la baffe qu'il attendait. Il avait été des plus cruel en disant ces mots. Mots, qu'il ne pensait même pas. Bien sur, elle lui avait énormément manqué pendant ses six ans, il pensait souvent à elle, mais à présent il était fiancé, il allait se marier à la femme qui l'avait aidé à le sortir du gouffre, il ne pouvait pas tout rayer du jour au lendemain et revenir prendre Everleigh. Nous n'étions pas dans un roman à l'eau de rose qui se termine bien, bien que cela n'existe pratiquement pas. Non, le passé était le passé, on devait le ranger dans une boîte et le mettre tout au fond d'un placard, placard que l'on ferme à clé et tout serait alors fini. Si seulement la vie pouvait être aussi simple. Il la regardait, attendant la baffe qu'il méritait, mais elle ne vint pas, elle ne viendra sans doute jamais. Il aurait aimé qu'elle le frappe pour lui avoir dit des horreurs pareils, pour avoir fait semblant d'être mort pendant six ans, et pour revenir dans sa vie du jour au lendemain alors qu'elle ne demandait strictement rien. Il n'y avait pas à dire, tout les sentiments que l'on ressentait dans le passé, et même à présent mais pour une autre personne, mettait en péril un certain avenir. Les secondes passèrent, toujours rien, pas d'insultes, pas de baffes, elle était déconnectée de la planète? C'était à se demander, c'était alors qu'elle ouvrit la bouche, il était impatient de savoir ce qu'elle allait déblatérer comme insulte envers lui, mais rien... Isaac fut surprit qu'il n'y avait pas une seule insulte pour lui, elle avait juste dit qu'elle allait partir. Partir? C'était elle qui le rattrapait et elle fuyait par la suite?

« Attends. »

En disant ce mot, Isaac ne put s'empêcher de repenser à leur première rencontre. C'était le même mot qu'il avait employé quand elle avait pris la fuite de sa petite fête, à croire qu'elle avait eu peur. C'était le même sentiment qu'elle ressentait à présent? Ou alors c'était plus la colère? Il optait facilement pour cette option, ce n'était pas bien compliquer de comprendre, il était revenu sans lui avoir parler en six ans. Il aurait pu très bien la mettre seule au courant de toute cette histoire, mais non, il n'en avait pas prit la peine. Il la vit s'éloigner, et il la suivit. Après tout, pourquoi c'était à elle de fuir? Et pourquoi surtout il la suivait? Isaac aurait bien mieux fait de partir très vite avant de se prendre un coup assez violent mais non. Il avait toujours détesté de voir Everleigh dans cet état, et même si elle le détestait à cet instant précis il ne voulait pas la laisser ainsi. C'est alors qu'elle la vie assise sur le rebord du pont, regardant en direction du vide, il s'approchait sans faire de bruit, avant de s'arrêter en milieu de chemin.

« Tu ne penses pas sauter hein? »,

Un autre silence vint se mettre en place. Ce n'était pas possible, eux alors qu'ils parlaient toujours et rigolaient dans le passé, ne pouvait plus avoir une conversation normale. Qu'est ce qu'elle voulait? Qu'il se mette à genoux et la priant de l'excuser? Il le ferait, enfin non. Il ne voyait pas pourquoi, elle ne voulait donc pas comprendre? Elle préférait bouder dans son coin? Il soupira avant d'aller s'asseoir à côté d'elle sur le rebord du petit pont. Il riva les yeux vers l'eau qui devait être glacée avec le froid qu'il faisait. Il vit très vite qu'elle grelottait, en un geste il enleva sa veste avant de la poser sur les épaules de la jeune femme. Bien qu'Everleigh devait lui en vouloir, il ne souhaitait pas qu'elle attrape froid. Isaac riva par la suite son regard vers le ciel étoilé.

« Je veux bien comprendre que tu m'en veux Evy' » Il avait employé le surnom qui lui donnait quand ils avaient été tout deux ensemble, sans même s'en rendre compte. Il laissa un brin de silence mais avant que celui s'installe complètement il reprit rapidement la parole. « Je n'avais pas le choix! Mais je ne pense pas que tu puisses comprendre, tu es trop butée pour vouloir savoir de toute manière! Quoi que je dirais je serais en tort à point c'est tout. »

Il regarda de nouveau l'eau couler en dessous leurs pieds. Qu'est ce qu'il pouvait faire d'autre? Il n'allait pas parler si elle ne voulait rien savoir, rien entendre, et même pas le regarder. Il n'allait pas lui forcer la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternallove.forumactif.com
avatar
Everleigh A. Stimson


Messages : 21
Date d'inscription : 28/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Dim 29 Nov - 23:29

« Attends » … Un léger frisson parcourut le corps de la jeune fille. Non, tout cela n'avait rien des romans a l'eau de rose que l'on peut lire dans le hall des gares. Pas de belles retrouvailles, pas de larmes et pas d'amour. Juste un pont et un ciel plein d'étoiles. Parfois, on dis que l'amour est trop proche de la haine, au point qu'un simple pas ne puisse les séparer. Mais vous y croyez vraiment vous ? Vous le croyez vous, qu'il est possible de détester la seule personne que l'on a sincèrement aimé ? Car il était le seul. Des hommes, il y en avait eu. Des hommes sont passés, mais aucun n'est resté. A part lui. Des hommes on voulut le percer, le mystère des yeux d'Everleigh. Des hommes on voulut son corps, juste pour s'amuser. Lui aussi. Everleigh, un simple jouet pour gosse de riche. Vous y croyez vous ? Pourtant, elle n'arrivait pas a s'en convaincre. Là sur son pont, elle n'arrivait pas a croire a toute cette histoire. Pourquoi faire croire a sa mort s'il ne l'aimait plus ? Pourquoi lui avoir écrit pendant six mois si c'était vraiment le cas ? Derrière elle, un bruit de pas. 6 ans au par avant, il avait fait de même, même paroles, pour finalement ne pas la laisser s'enfuir, notre Cendrillon.

« Tu ne penses pas sauter hein? »

Bizarrement, la jeune fille laissa échapper un sourire que masquait la pénombre, avant de laisser sa main glisser dans ses cheveux défait.

« Là c'est plutôt toi que j'aimerais voir sauter... »

Vlan ! Il réclamait sa baffe et de grands élans de haine ? Début des hostilités ! Pourtant, c'est mot sonnaient faux. Elle ne voulait pas sa mort, seulement qu'il disparaisse. Non, plutôt une de ces réponse a la Everleigh. Franche et sans délicatesse, le don de percuter par les mots. Mais si après toutes ces années il ne l'avait pas totalement oubliée, alors peut être saurait-il, qu'au fond depuis tout ce temps, elle n'avait pas changée. Isaac vint alors s'asseoir a côté d'elle, alors que le regard de la jeune fille ne semblait vouloir se détacher de l'eau qui reflétait les étoiles. Elle aurait voulu pouvoir s'écarter de lui, mais il déposa bientôt sa veste contre les épaules de la jeune fille. Elle aurait pue ou due le remercier. Mais elle n'en fit rien, se contentant a présent de l'observer... est ce qu'il étaient déjà venus ici ensemble ? Elle ne s'en souvenait plus.

« Je veux bien comprendre que tu m'en veux Evy'. Je n'avais pas le choix! Mais je ne pense pas que tu puisses comprendre, tu es trop butée pour vouloir savoir de toute manière! Quoi que je dirais je serais en tort à point c'est tout. »

Les doigts de la jeune fille resserrent leur étreinte contre le pont de pierre. Un contact dur et froid qui habimait ses doigts. Mais elle n'avait pas mal. La jeune fille descendit alors du pont, laissant la veste glisser de ses épaules avant de la balancer en direction du jeune homme toujours assit. Non mais pour qui il se prenait celui là ?! Il revenait du monde des morts et osait encore lui faire des reproches a propos de son caractère ?! Mais quel idiot ! Quel idiot !

« Merde Isaac ! Tu veux que je t'explique comment ça se passe chez les gens normaux quand un des deux gonfle l'autre ?! » La voix de la jeune fille se faisait tremblante, mais brisait le silence avec une certaine violence si je peut dire. « Ils se quittent tout simplement ! Le mec fait pas croire a sa copine qu'il part a l'autre bout du monde pour faire la guerre ! Il ne lui écrit pas des lettres pendant plus de 6 mois Isaac ! Il passe a autre chose, se tape pleins d'autres filles et boit de la bière avec ses potes ! » Everleigh cessa de parler, juste un instant, posant son regard sur le sien. « Et surtout Isaac, les gens normaux ne se font pas passé pour mort... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isaac J. Drews
Admin

Messages : 88
Date d'inscription : 25/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Lun 30 Nov - 22:31

Agréable... C'était le premier mot que pensait Isaac sur la phrase qu'Everleigh venait de déclarer. Si c'était l'été, il aurait préféré sauter dans le lac, hors là, ce n'était qu'une petite rivière et on pouvait se fracasser le crâne tête la première. Il préférait laisser de suite sa place au premier venu. Elle était désagréable, mais on ne pouvait pas lui en vouloir. Sans doute avait-elle été à son enterrement bizarre que l'on fait pour les militaires morts au combat. Vous savez, un enterrement où quelques coéquipiers portent votre cercueil et qu'il y a des tirs de fusils pour vous rendre hommage. Même lui n'aurait pas voulu être à ses propres funérailles. Alors c'était sur, que de la voir maintenant en chair et en os en foutait un sacré coup. Il n'imaginait pas encore la réaction de sa famille, s'il venait un jour à les revoir, car en ce moment il n'était pas encore sur d'aller les revoir. Déjà, son père lui en avait toujours voulu de choisir l'armée au lieu de l'entreprise familiale. Et sa cher maman, sans doute qu'elle ne voudrait plus revoir son fils pour ces six ans de mensonges. Etait-ce pareil pour Everleigh? Allait-elle le rayé de sa vie du jour au lendemain? En tout cas il l'aurait bien mérité, puis il n'aurait pas ce problème entre Cloé et elle. Cloé ignorait l'existence de Everleigh, et pour lui c'était mieux ainsi. Mais sans doute celle-ci croirait que Isaac avait honte d'elle, hors ce n'était pas du tout le cas. Sortant de ses pensées, il avait toujours le regard rivé sur la jeune brune.

« Non merci, l'eau doit être gelée et je n'ai pas envie de finir en glaçon ambulant. Puis, je risque de me fracasser le crâne. »

Qu'est ce qu'elle voulait? Qu'il réplique par des mots encore plus dur? Ce n'était pas du tout son genre, surtout qu'Everleigh il l'avait aimé de tout son cœur, il ne voulait pas sa souffrance loin de là. A croire sans doute qu'il aurait du rester dans sa tombe invisible. Paris, à cet instant précis la capitale française lui manquait considérablement. Le fait de vivre dans un bel appartement, de boire du bon vin français et de manger une bonne baguette fraiche, oui ces petits plaisirs allaient lui manquer, car là, présentement le retour aux Etats-Unis ne lui donnait aucun petit plaisir de la vie courante. Rien, Everleigh voulait le détruire, l'écraser comme une véritable punaise. Ca se ressentait dans son aura, rien que de s'approcher d'elle, on en frissonnait, elle était assez effrayante quand elle se mettait durement en colère.

En l'espace d'une seconde il avait remarqué qu'elle grelottait et lui avait gracieusement prêter sa veste. Sauf, qu'elle l'enlevait lui jetant à la figure avant de se lever du rebord du petit pont, comme si elle voulait le fuir. C'était à ce moment là qu'elle cracha son venin. Qu'est ce qu'il pouvait lui dire? Désolé? Mais pourquoi il cherchait toujours à s'excuser! Il la regarda, avant de renfiler sa veste en soupirant légèrement, Isaac ne pourrait jamais fuir réellement la réalité. Le jeune homme attendit patiemment qu'elle finisse son très beau discours sur le fait d'être quelqu'un de normal. La normalité n'avait jamais été le principal trait chez lui, déjà il n'était pas né dans une famille juste normal, mais plutôt dans une famille où l'on manquait de rien et d'un père qui voulait absolument que l'on soit son successeur.

« Tu as terminé? »

Il la regarda intensément, cherchant ses mots dans sa tête, pour formuler des phrases corrects. Tout ce qu'elle avait dit, il y avait certes une part de raison mais aussi une part de tort. Elle cherchait à le déstabiliser, il en était certain.

« Tu crois que je ne suis pas parti à la guerre? Tu crois sans doute que je suis allée flâner dans les rues de Tokyo pour conquérir le cœur d'une petite japonaise? Non. Je suis vraiment partie à la guerre, et les cachets de la poste sur les lettres que je t'ai envoyé le montre bien. Okay, je ne suis pas partie car je ne t'aimais plus, si vraiment je ne t'aimais plus je n'aurais jamais envoyé ces tonnes de lettres. Tu sais pourquoi je suis partie? Car j'avais vraiment besoin de trouver qui j'étais, mais ça, tu ne le comprendrais même pas. » Il passa une main dans ses cheveux en les ébouriffant. « Par la suite, ma mort, c'est mon problème pas le tien. A ce que je vois tu me détestes alors arrête de te préoccuper de moi, et va donc rejoindre ton petit fiancé à la maison avant de me dévisager comme si j'étais un monstre. Car oui, je pense bien que tu es quelqu'un, tu m'as remplacé assez vite je pense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternallove.forumactif.com
avatar
Everleigh A. Stimson


Messages : 21
Date d'inscription : 28/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Mar 1 Déc - 11:13

Les parents d'Isaac ? Everleigh les avait vu, au tout début en tout cas. C'était la mère du jeune homme qui l'avait appelé pour lui annoncer sa mort. La jeune fille pendant plusieurs semaine était aller leurs rendre visite, histoire de leurs changer les idées, et peut être pour se montrer forte, au moins face a eux. Parce que seule dans son appartement, pas facile de rester forte. Il était partout. Il était dans sa chambre, où elle passait ses nuits dans ses bras. Il était devant la télé, où il se battaient pour choisir le programme. Il était dans la salle de bain où elle le noyait sous la mousse. Alors un jour, elle avait vendue l'appartement pour en racheter un autre, un où il ne serrait pas. Mais là n'est pas vraiment la question. A vrai dire, ce qu'Evy' se demandait, c'est comment les parents du garçon allaient ils réagir face a sa résurrection. Sa réaction a elle n'avait certes pas été des plus agréable. Mais eux...

Suite a la réplique du garçon, Everleigh posa son regard sur le petit cours d'eau qui ruisselait sous le pont. Il était vrai qu'en cas de chute, il risquerait de se faire extrêmement mal. Et malgré ce qu'elle pouvait dire ou exprimer, elle ne lui voulait pas de mal. Elle aurait seulement voulut qu'il ne fasse pas de nouveau irruption dans sa vie, surtout pour lui balancer qu'elle était là cause de son départ, qu'il l'avait fuit elle, parce qu'elle le gonflait comme il disait.

« Tu as terminé? »

Le regard de la demoiselle se posa sur lui. Il se fichait d'elle pas vrai ? Il lui reprochait de ne pas comprendre, mais qu'est ce qu'il comprenait lui ? Rien ! Rien du tout ! Il ne pouvait pas comprendre puisqu'elle n'était pas partie a l'autre bout du monde après deux ans ensemble ! Il ne pouvait pas comprendre ce qu'elle ressentait, il ne pouvait pas, elle ne voulait pas. Debout au milieux du pont, Everleigh l'observait, a présent silencieuse, croisant les bras autour de ses épaules pour se procurer un peu de chaleur. Elle l'observait, et il n'avait pas changé. Toujours ce même regard, ces même cheveux en bataille. Un visage ayant prit les marques du temps, mais rien de vraiment différent. Puis ce fut son tours a lui, de déballer nombreux mots pour tenter de se justifier. Les lettres... Les lettres elle les revoyait, effectivement, les cachets de poste justifiait le lieu de leur envois. Les lettres... Elle entendait leurs mots, les mots qu'il lui écrivait, des mots qui a l'époque lui avait donné l'espoir d'un avenir avec lui a son retour. Et puis tout c'était arrêté. Plus une lettre, plus un mot. Elle ne comprenait pas. S'il lui avait écrit, expliqué ce qui n'allait pas, elle aurait put le rejoindre, ou au moins l'aider a distance. Mais non, il n'en fit rien, préférant apparemment couper définitivement les ponts. Il l'aimait ? Le regard de la jeune fille tomba sur le sol, avant que ses yeux ne se ferme. Les mots qu'il avait prononcé un peu plus tôt avait eu l'effet d'une bombe. A présent, elle ne savait plus vraiment que croire, bien que la réplique qu'il lui déballait a présent semblait beaucoup plus plausible et en accord avec ce qui c'était passé pour elle.

« Et pourquoi est ce que je n'aurais pas put comprendre ? Je t'ai attendue Isaac, même après l'annonce de ta mort, j'ai espéré qu'ils se soient trompés, j'ai espéré que ce ne soit pas ton corps qu'on enterre. Je ne suis peut être pas toi, mais je suis capable de réfléchir et comprendre certaine chose ! »

L'enterrement. Elle revoyait tous ces gens en larmes. Ces gens tous habillés de noir, ressassant des souvenirs sur le passé du garçon, rappelant l'enfant qu'il était, l'adulte qu'il semblait être devenu. Elle revoyait ces hommes et ces femmes, qui après la cérémonie étaient venus la voir pour lui dire de tenir le coup. Des gens qu'elle n'avait jamais vu au par avant, ou qui avant la mort d'Isaac n'avait jamais daignés lui porter la moindre attention. Tous, ils avaient tous pleurés un inconnu. Un inconnu dont la famille n'aura jamais vraiment put faire le deuil a cause des mensonges d'Isaac. Un frisson parcourut le corps de la jeune fille. Pas a cause du froid, plutôt a cause de cette sensation étrange qui l'habitait.

Son fiancé ? D'abord, elle n'était pas fiancé. Et puis, il avait surement lui aussi tourné la page depuis longtemps. Il avait du l'oublier, trouver une fille plus jolie, plus intelligente, bien casse pieds. Oui, il avait du refaire sa vie sans elle, lui aussi. Mais pour la question du fiancé, elle préféra faire celle qui n'avait pas entendue. Après tout, il n'avait pas a savoir, comme son petit ami actuel n'avait jamais eu a connaître l'existence d'Isaac.

« Pourquoi est ce que tu es revenus ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Isaac J. Drews
Admin

Messages : 88
Date d'inscription : 25/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Ven 4 Déc - 15:52

Le jeune homme ne voulait pas revoir ses parents. C'était certes, cruel de dire de pareilles paroles, mais ce n'était que pure vérité. Quand il revoyait dans son passé, dans ses souvenirs, le visage de son père se décomposer quand il apprit que son fils unique allait rejoindre l'armée et non reprendre l'entreprise familiale, cela lui mit une boule au ventre. Depuis des générations l'entreprise passaient des mains de père en fils. Elle avait vu le jour à la fin du XIXème siècle, pour dire que c'était une des plus importantes des Etats-Unis, pourtant, Isaac ne se voyait pas revêtir un costume tout les jours, avoir les chaussures bien serrer, embrasse sa petite femme le matin et ses enfants, une fille au long cheveux blond avec un petit bandeau dans les cheveux, et son fils qui porterait un gant de base-ball. En gros, il ne se voyait pas dans l'image parfaite de la famille américaine. Non, lui ce qu'il rêvait c'était une petite vie tranquille, loin de tout cet argent qui coulait à flot chez lui. Il se rappelait pertinemment qu'au lycée, beaucoup de gens le côtoyait car il était le fils d'un richissime propriétaire d'entreprise, mais avec cette étiquette collée dans le dos, jamais il ne pouvait se faire un nom dans une vie normale rien pour ce qu'il était, non il fallait toujours que son père, son grand-père et ses ancêtres soient dans son ombre. A force, il n'en pouvait plus, c'était en partie pour cela qu'il avait quitté les Etats-Unis quittent à mourir en Irak, sauf qu'il n'avait jamais supporté de voir les cadavres de ses camarades tombés, et ainsi il avait refait une vie à Paris, en France. Personne ne le connaissait là bas, il n'était que le petit américain qui veut une vie française, et cela lui convenait parfaitement.

Quant il se tenait devant la jeune femme qu'il avait aimé pendant quelques années, il ne pouvait s'empêcher de se demander s'il retrouverait la vie d'auparavant. Cette vie, qu'il voulait à tout prix fuir. Il était hors de question que cela recommence, il vivait paisiblement dans un petit appartement avec sa fiancée, il allait chercher un travail plus sérieux, quitte à reprendre quelques années d'études pour y arriver. Il ne voulait plus qu'on le considère comme le fils de monsieur Drews. Il ne voulait plus de ces soirées mondaines remplies de monde, il ne voulait plus qu'on lui parle que d'argent, de mariages arrangés et autres... Il ne supportait pas à cet instant précis qu'Everleigh gobait facilement ce qu'il disait, qu'il ne l'aimait plus à cette époque, qu'elle doute de lui et qu'elle lui fasse une déclaration de comment quelqu'un de normal plaque une personne. Non, pour lui c'était à peine croyable, à croire qu'elle pensait réellement qu'il s'était enfui pour ne plus penser à elle. Pourtant, ses pensées avaient toujours été avec la demoiselle. Combien de fois c'était-il réveillé la nuit, pour se demander ce qu'elle faisait à cet instant précis? Tant de fois, qu'il ne les comptait plus.

« Parce que tu n'es pas moi! » Isaac avait haussé la voix, chose qu'il n'avait jamais faites par le passé envers Everleigh. Il se passa une nouvelle fois sa main dans ses cheveux, en ancrant le regard dans celui de la demoiselle en le soutenant. « Tu n'as pas vécu dans une famille qui voulait que tu sois pertinemment l'héritier de cette foutue entreprise dont j'en ai rien à faire! Ce n'est pas toi qui a vu le visage de ton père se décomposer quand tu as dit que tu ne voulais pas prendre le flambeau familiale! Et enfin ce n'est pas toi qui a vu tes amis mourir devant tes yeux! De voir ces mares de sang près de toi, et où est reflétée la mort! »

Il posa ses mains sur la pierre qui faisait la rambarde du petit pont, regardant l'eau coulée en dessous de ses pieds. Elle comprenait vraiment ce qu'il ressentait? Cela m'étonnerait, il ne pouvait pas s'empêcher de voir des cadavres de la guerre, c'était grâce à Cloé qu'il en voyait déjà moins, mais depuis qu'il était revenu ici, il revoyait tout cela, comme si tout ses souvenirs étaient surtout restés dans cette ville. La revoir, lui faisait mal au cœur, la revoir, lui rappelait le lycée, le temps où les soucis n'étaient rien, sauf que tout cela c'étaient transformés en poussière et avait été emporté par la première brise de vent, comme le vent emportait les feuilles d'automne au loin. Everleigh s'intéressait à sa présence ici? Pourquoi? Il ressentait pertinemment qu'elle était en colère contre lui, alors pourquoi ne pas faire comme si cela n'était qu'un mauvais rêve et faire sa vie chacun de son côté?

« Parce que je ne pouvais plus vivre dans le pays où j'étais, je n'avais pas les papiers nécessaires. Ecoute Everleigh... On va faire comme si tu ne m'avais pas vu, on va vivre chacun de son côté, faire notre avenir, et on vivra mieux. Tu ne crois pas? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternallove.forumactif.com
avatar
Everleigh A. Stimson


Messages : 21
Date d'inscription : 28/11/2009

because of you
mes amis, mes amours:

MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac- Dim 6 Déc - 18:19

Les parents d'Isaac. A vrai dire, au début, elle ne les avaient pas vraiment apprécié, et réciproquement. Non, pas elle, pas la petite fille des beaux quartiers, elle n'avait rien a faire avec le fils de la famille Drews. Il devait reprendre le flambeau familiale, elle était réputée pour faire le ménage et satisfaire les caprices de deux belles sœurs égocentriques. Un prince ne tombe pas amoureux d'une souillon, c'est bien ça que dit l'histoire, pas vrai ? Pourtant, elle avait belle et bien fait partie de la vie d'Isaac, et quand il était partit, la jeune fille c'était étrangement rapprochée de sa belle famille. Oui, elle recevait du courrier de sa part, elle était leur lien avec lui. Et puis il avait disparut, et toi qui lit, l'histoire du la connait ensuite, pas vrai ? Pourtant a ce même moment, Everleigh se voyait replonger dans le passé, 6 ans en arrière, juste avant qu'il ne lui annonce son départ.

TRAVEL IN THE PAST :

Il est là, assit devant moi, ma main dans la sienne. Je lui sourit, mais il semble soucieux. J'aime pas ça. Ma main, il la tienne a peine, il se contente de la supporter, comme pour créer l'impression qu'il est heureux en ce moment. Je ne serrait l'expliquer, mais je sent que quelque chose va mal. [ … ] Je viens de quitter le restaurant, et voilà que je marche seule dans les rues. C'est lui qui avait prit la voiture, je rentrerais seule, non, je ne veut plus le voir. Je crois que je ne réalise pas vraiment. La guerre ? Qu'est ce qu'il raconte ? C'est encore une blague, pas vrai ? Isaac, dis le moi que c'est une blague ! Dis le moi que tu m'aimes encore et que tu ne va pas me laisser là ! Isaac s'il te plait, me laisse pas toute seule... C'est bête a dire, mais j'ai peur sans toi... [ … ] Cela va faire une semaine que je ne l'ais pas vue. D'ailleurs, comment le voir puisqu'il a disparut ? Je n'ai pas non plus cherché a le contacter. Je ne céderais pas la première, c'est sa faute a lui, c'est lui qui devrait m'appeler ! Pourtant il me manque... Tout chez lui me manque... Son parfum, l'odeur de sa peau, ses cheveux emmêlés lorsqu'il se réveil tout contre moi, l'odeur du café a la vanille que je boit dans ses bras, le goût de ses lèvres lorsqu'il s'en va... Il ne m'a même pas dit au revoir... Faut dire que je ne lui en ais pas laissé l'occasion... [ … ] Première lettre, il me dit qu'il est bien arrivé, je suis contente de savoir qu'il pense encore un peu a moi. Le papier sent l'humide, j'ai peut pour lui, je ne veut pas qu'il lui arrive quelque chose... Quand il reviendra, même dans plusieurs années, je serrais encore là pour lui, je l'attendrais a moins qu'il me dise de ne pas le faire, mais ni le temps ni l'espace ne nous empêcheront de nous aimer.


Il est revenu. Il est là, devant elle, et Everleigh l'observe. A quoi bon les grands discours sur la normalité ? Tout comme lui, elle avait changé, mais chez la jeune femme, le changement s'apparentait plutôt a un meurtre. La mort de son âme d'enfant. Mais c'est ça, le monde des grands. On change, et on oublies ce qui nous rendait un peu différent. Cette bêtise qui vous faisait courir dans le noir, avant de vous rouler dans l'herbe mouillée en riant. Celle qui vous faisait manger des bonbons multicolores en même temps que des chips trop salés. Celle qui vous rendait innocent, et finalement, presque invincible...

Il haussa le ton, et Everleigh se figea. Elle l'observait, silencieuse. L'oublier ? Faire comme si ils ne s'étaient pas revus ? Non mais il se fichait d'elle ! La jeune fille s'approcha lentement de lui. Ses yeux ne quittait pas les siens. Geste probablement étrange, elle déposa sa main contre sa joue. Alors délicatement, ses lèvres effleurèrent les siennes, contrôlé par un quelques chose d'étrange. Les yeux bleus de la jeune fille se fermèrent. Juste effleurer ses lèvres, sentir a nouveau le parfum de sa peau, vouloir gouter a sa bouche. Pourtant, Everleigh s'écarta, et sa main vint s'abattre violemment contre la joue d'Isaac. On appelle ça être impulsif, et puis aussi se poser une multitude de question, hésiter, ne pas savoir quoi faire, et puis finalement, au moindre signe de faiblesse, décider de se braquer.

« Tu ne peut pas réapparaitre dans ma vie et me demander d'oublier ! Tu ne peut, tu ne peut pas, tu ne peut pas ! »

La jolie brune se laissa lentement tomber sur le muret de pierres froide, avant de laisser sa tête tomber en arrière. On ment aux enfants. On leurs ment en leurs racontant des histoires trop fausses. Non, les princesses ne finissent pas avec leur prince. Non, il ne vient pas la sauver sur son cheval blanc. Il fuit, réapparait, et lui demander de l'oublier.

« Tu devrais partir, ta femme doit s'inquiéter pour toi... »

Une bague a son doigt, qui d'autre qu'une femme aurait put la lui offrir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: >> There is a monster in my bedroom -isaac-

Revenir en haut Aller en bas

>> There is a monster in my bedroom -isaac-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Than Eternal Love :: » madison :: » frozen lake bridge -